BROADEN HORIZONS – Orléans Val de Loire

Le musée des Beaux-Arts d’Orléans

Mini guide touristique par Broaden Horizons Orléans Val de Loire

Présentation du musée des Beaux-Arts d’Orléans

Le musée des Beaux-Arts d’Orléans se trouve dans l’hypercentre de la ville, il est facilement accessible depuis la gare SNCF  et dispose à ses  pieds d’une station de vélo municipale et d’un arrêt de tramway ; les bâtiments voisins sont la cathédrale Sainte-Croix, L’hôtel Groslot et la mairie, Le musée des Beaux-Arts d’Orléans est un bâtiment moderne de 1984 qui abrite les collections qui se trouvaient précédemment dans deux hôtels historiques de la cité : l’hôtel des Créneaux et l’hôtel Cabu,

Le musée est riche d’importantes collections : 2 000 peintures, 1 000 objets d’art, 700 sculptures, 13 000 dessins et 50 000 estampes. Si une grande partie des œuvres est stockée dans les réserves du musée, très nombreuses sont celles qui sont exposées sur les cinq niveaux du bâtiment. Les collections du musée sont organisées chronologiquement du haut vers le bas ; elles couvrent une période allant de la fin du Moyen Âge à l’époque contemporaine.

Musée des Beaux-Arts d’Orléans © Broaden-horizons.fr

Gauguin : "Fête Gloanec" © Musée des Beaux-Arts d’Orléans, crédit François Lauginie.

Le musée des Beaux-Arts d'Orléans en 1h30

Visite guidée du musée des Beaux-Arts d’Orléans : une des plus riches collections de province et sans nul doute la plus belle du Val de Loire. 

Tarif : 49 € (1 à 2 personnes) + 6 € par personne supplémentaire

Durée : 1h30 environ

Musée des Beaux-Arts d’Orléans – XVIe et XVIIe siècle (2e étage)

Le dernier étage (second) du musée des Beaux-Arts d’Orléans totalement rénové en 2016 est dédié aux œuvres les plus anciennes avec des collections allant du XIVe au XVIIe siècle. C’est donc là que, selon la logique chronologique, commencent les visites. Sont d’abord présentées après quelques pièces du Moyen Âge, des peintures des Renaissances flamandes et italiennes. On notera en particulier la présence d’une oeuvre sur bois du Corrège représentant la Saint-Famille qui fit autrefois partie de collections prestigieuses comme celles de Charles Ier d’Angleterre ou de Louis XIV. Des oeuvres manièristes sont également visibles, ainsi qu’une Adoration des bergers d’Annibale Carracci ayant également fait partie des collections de Louis XIV. Viennent ensuite des paysages flamands dont un attribué à Jan Brueghel l’Ancien et l’autre à son fils Jan Brueghel le Jeune. La Peinture florale du XVIIe siècle est aussi bien représentée avec plusieurs couronnes de fleurs à la manière de Jan Brueghel de Velours.  Une petite salle reproduit l’atmosphère d’un cabinet de curiosités des débuts du XVIIe siècle, on y trouve entre autres choses un buste en terre cuite représentant Jeanne d’Arc. Ce buste a la particularité d’avoir survécu à l’incendie de l’hôtel Cabu en 1940. Ou encore un buste du Marchéchal Pierre Fougueu d’Escures qui fut maire de la ville et fit construire les pavillons dans la rue qui porte. Et puis le musée des Beaux-Arts d’Orléans propose un copie qui vaut le détour d’un tableau aujourd’hui disparu, “Saint Sébastien soigné par Irène“, par George de la Tour, l’une des toiles préférée de Louis XIII. La copie d’Orléans et avec celle du Kimbell Art Museum de Fort-Worth au Texas la meilleure que l’on connaisse. 

La Sainte-Famille du Corrège © Musée des Beaux-Arts d’Orléans

On trouve à cet étage le saint-Thomas de Velázquez, peut-être le tableau le plus célèbre du musée des Beaux-Arts d’Orléans ; faisant sans doute partie d’un apostolado (représentation des douze apôtres autour du Christ), il est à rapprocher du saint Paul » qui se trouve à Barcelone au Museu Nacional d’Art de Catalunya. Les tableaux d’Orléans et de Barcelone sur lesquels on retrouve le nom du saint en haut à gauche de l’œuvre sont, semble-il, les deux témoins subsistant à ce jour de cet apostolado dont les autres éléments sont manquants. Après Le Corrège et Annibale Carracci, vous pourrez découvrir au musée des Beaux-Arts d’Orléans une autre oeuvre attribuée à un peintre émilien, le “David tenant la tête de Goliath” de Guido Reni, la plus belle version de cette oeuvre se trouvant au musée des Offices à Florence, une autre au Louvre. 

Saint-Thomas de Velasquez © musée des Beaux-Arts d’Orléans

Saint-Paul de Velasquez © Web del Museu Nacional d’Art de Catalunya de Barcelona, http://www. museunacional.cat

Laurent de La Hyre-Allégorie de L’Astronomie  © Musée des Beaux-Arts d’Orléans

Laurent de La Hyre Allégorie de La Musique © Metropolitan Museum of Art de New York

L’espace dédié au grand siècle français abrite, outre le portrait du Dauphin, futur Louis XIV, par Philippe de Champaigne, une très belle œuvre des débuts des Frères Le Nain : « Bacchus découvrant Ariane à Naxos » . On découvrira également à quelques mètres de là : « l’Allégorie de L’Astronomie » de Laurent de la Hyre, une oeuvre faisant partie d’une suite de sept toiles représentant les arts libéraux grammaire, dialectique, rhétorique, arithmétique, géométrie, astronomie et musique) qui ornaient une pièce de l’hôtel de Gédéon Tallemant, rue d’Angoumois dans le quartier du Marais à Paris. Le décor ayant été démembré, les toiles sont dispersées dans différents musées et on retrouve “l’Allégorie de la musique” au Metropolitan Museum of Art de New York (Cf. Ci-contre) ou encore “L‘Allégorie de la Grammaire” à la National Gallery à Londres.

Bacchus découvrant Ariane à Naxos des Frères le Nain © Musée des Beaux-Arts d’Orléans

Nos autres visites guidées privées à Orléans

De nombreuses visites guidées thématiques d'Orléans et du musée des Beaux-Arts d'Orléans sont proposés dans cette formule flexible. Mini groupe VIP de 6 personnes maximum - Dates et heures flexibles

Tarif : à partir de 24  € (pour 1 à 2 personnes)

Durée des visites guidées : variable

Musée des Beaux-Arts d’Orléans – Salle grands formats (1er étage)

La salle grand format du musée des Beaux-Arts d’Orléans a ouvert après un an de travaux en janvier 2018, haute sous plafond elle bénéficie d’un accrochage dense qui interpelle le visiteur par le nombre impressionnant d’oeuvre présentées. On distingue une double thématique dans la salle, d’une part des oeuvres provenant du Châteaux disparu de Richelieu  et d’autre part des oeuvres provenant des églises d’Orléans. 

Musée des Beaux-Arts d’Orléans – Salles XVIIIe siècle (1er étage)

Le reste du premier étage (qui vient de rouvrir fin mai 2018) abrite, lui, les collections du XVIIIe. C’est là que sont visibles les pièces majeures de la collection de pastel du musée des Beaux-Arts d’Orléans qui possède la deuxième en France après celle du Louvre ; on citera Maurice Quentin de La Tour, Jean-Baptiste Perronneau, Jean-Baptiste Siméon Chardin. Le musée des Beaux-Arts d’Orléans vous offre l’opportunité d’admirer une exceptionnelle collection des fragiles pastels du XVIIIe siècle. Pour les protéger, ceux-ci son présentés dans des conditions particulières d’hydrométrie et de luminosité. Le musée possède en particulier plus d’une vingtaine d’oeuvres de Jean-Baptiste Perroneau  et a organisé durant l‘été 2017 un exposition retrospective de l’artiste concentrant un nombre exceptionnel de pastels. C’est le portrait au pastel par Jean-Baptiste Perroneau d’ Aignan-Thomas Défriches, l’un des fondateurs du musée des Beaux-Arts d’Orléans, qui a été utilisé comme support de l’affiche de l’exposition. Le musée des Beaux-Arts d’Orléans possède également des grands formats par le peintre Jean II Restout ainsi qu’un portrait de sa femme au pastel par Maurice Quentin de La Tour. Vous trouverez aussi à cet étage une oeuvre de Fragonard ou un Moulin de Charenton : “Le moulin de Quiquengrogne” par François Boucher, celui d’Orléans a la particularité de ne pas avoir de roue. Deux bustes en terre cuite par Jean-Baptiste Pigalle sont également habituellement présentés dans cette section du musée.  

Musée des Beaux-Arts d’Orléans – XIXe siècle (entresols)

Les deux entresols présentent les collections du XIXe, Le musée des Beaux-Arts d’Orléans possède un importante collection d’oeuvres romantiques. Outre une étude de tête de femme pour le célébre tableau d’Eugène Delacroix “Scène des massacres de Scio” présenté au Salon de 1824 et aujourd’hui visible au Louvre, le musée expose un nombre important d’oeuvres de Leon Cogniet qui eut aussi un franc succès au salon de 1824 avec “Le Massacre des innocents” (visible au musée des Beaux-Arts de Rennes) et dont Orléans propose plusieurs études dont une saisissante “Tête de femme et d’enfant” où est dépeint le visage de l’effroi. On pourra aussi dans les espaces dédiés à ce siècle admirer une des “Vagues” de Gustave Courbet ou un paysage d’Eugène Boudin. 

Les deux entresols sont fermés pour travaux en 2019.  

Musée des Beaux-Arts d’Orléans – XXe siècle (sous-sols)

Enfin on trouve au sous-sol les collections du XXe siècle, avec quelques oeuvres  précurseuses de la fin du XIXe siècle comme “Ombre” d’Auguste Rodin ou encore “La  Fête Gloanec” de Paul Gauguin, oeuvre charnière de son passage au synthétisme. Et puis également des oeuvres de Marie Laurencin, Chaïm, Tamara de Lempicka,..  Enfin également au sous-sol un auditorium et un espace réservé aux collections temporaires

Affiche officielle de l’exposition Jean Baptiste Perronneau © Musée des Beaux-Arts d’Orléans

La  Fête Gloanec de Paul Gauguin © Musée des Beaux-Arts d’OrléansBeaux-Arts d’Orléans

vel, facilisis commodo mattis nec luctus